01 mars 2010

La ligne d'affrontement

Conférence dans une grande entreprise

26 octobre 2007 (extrait)
Serge SIMON
En me plongeant dans l’histoire du rugby, j’ai retrouvé deux éléments qui me semblent être le socle de cette culture. Je vais vous livrer ces deux clefs de lecture de l’histoire du rugby.
Le rugby, comme tous les sports modernes, est né sur les terrains des écoles britanniques au début du XIXe siècle, dans une pratique commune au football et aux autres sports modernes. Le « football » désignait au départ tout sport se jouant au pied avec un ballon et avait la particularité de ne pas avoir de règles : des groupes d’étudiants de la middle class britannique victorienne avaient trouvé amusant de s’opposer les uns aux autres avec pour but de faire avancer un ballon pour l’amener à l’une des extrémités du terrain, qui n’était autre que le pré
entourant leurs écoles. Ce sport a rencontré un grand succès et beaucoup d’écoles britanniques se sont mises à y jouer. Les précepteurs victoriens protestants ont vu dans ce sport un outil pédagogique extraordinaire : les jeunes gens, au lieu de se battre dans les bars, se battaient sur le terrain. Ils les ont laissé faire et ont même encouragés cette pratique. En 1846, en pleine révolution industrielle, grâce au développement du chemin de fer, des rencontres inter-collèges sont organisées. Ce sport n’a toujours pas de règles, mais une simple éthique : l’éthique victorienne britannique. Il va cependant devoir en définir afin que les équipes disposent d’un référent commun. La première trace de règles écrites a été retrouvée dans l’école de la ville de Rugby, au nord-ouest de Londres. Des groupes d’élèves ont planché
ensemble pour établir des règles. Cela a donné lieu à une scission entre deux groupes d’étudiants. Le premier groupe souhaitait atténuer la violence et l’affrontement : il y avait en effet souvent des blessés mais aussi, parfois, des morts ; le fait que les joueurs se placent de part et d’autre du ballon créait une ligne d’affrontement. Les étudiants de ce groupe souhaitaient permettre aux joueurs de se faire des passes pour aérer le jeu. Le second groupe, constitué d’élèves de la ville de Rugby, trouvait que c’était justement le fait d’être de part et d’autre du ballon et de s’affronter qui était amusant. Ils ont alors décidé d’avoir leur propre football, qui est devenu le « football de la ville de Rugby ». L’autre football est devenu le sport que nous connaissons aujourd’hui. Le rugby est en quelque sorte le gardien du temple de cette souche commune. Les élèves de Rugby ont eu le génie de comprendre l’importance de cette ligne d’affrontement.

vieuxrugbyJ’ouvre une petite parenthèse. La ligne d’affrontement explique pourquoi le rugby est parfois considéré comme un sport idiot dans lequel il faut avancer en faisant des passes en arrière. Il n’est pas permis de dépasser le ballon : mécaniquement, les passes en avant ne sont donc pas permises car il ne peut pas y avoir de joueur devant le ballon. Quand vous voulez apprendre le rugby aux enfants, si vous tentez de leur expliquer qu’ils n’ont pas le droit d’avancer en passant le ballon vers l’avant, ils ne comprennent pas. Si en revanche, vous leur expliquez que le jeu consiste à rester derrière le ballon et à le faire avancer, ils vont très naturellement faire les passes vers l’arrière. Ce sport a une véritable logique. Les élèves de la ville de Rugby ont gardé l’essence de cette pratique, qui était un sport de combat et même le seul sport de combat collectif. Dans un combat individuel, face au danger ou à la peur, vous faites appel à des ressources individuelles. Dans un sport de combat collectif, ces valeurs individuelles s’additionnent : vous partez à la guerre avec d’autres. Vous remettez votre vie entre leurs mains et eux remettent aussi leurs vies dans vos mains. C’est là une première clef.

Posté par trib à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur La ligne d'affrontement

Nouveau commentaire